1 490 698 visites 5 visiteurs

Tous Foot d'Elles

6 février 2017 - 11:06

Tous Foot d’Elles   

Le football français entre dans une nouvelle dimension  en ouvrant sa pratique aux femmes et aux jeunes-femmes. La Coupe d’Europe 2017 et la Coupe du Monde 2019 sera sans aucun doute l’élément qui favorisera son développement.

Un des projets du Football Club (FC) de Sens pour l’année 2015/2016 était entre autre la création d’une équipe féminine de football. En s’associant avec le club de football de Gron qui en possédait déjà une, il entre dans une nouvelle ère. C’est au cours de l’été 2016, sous l’impulsion de la référente  football féminin  au FC Sens, Coralie Réty et du référent  football féminin  du club de Gron, Nicolas Lafaille (D.L),  qu’une charte et qu’une convention de partenariat ont vu le jour. Après la signature des  documents par les présidents, le premier entrainement a commencé en septembre. Cette entente répond au nom du Féminin Gron Sens (FGS). Nicolas Lafaille, entraineur de l’équipe et réfèrent football féminin de Gron a accepté de répondre à mes questions.


Gauthier: Bonjour Nicolas Lafaille, depuis combien de temps entrainer vous une équipe féminine et qu’elle différence faites-vous entre entrainer une équipe de filles et une équipe de garçons ?

N.L : J’entraine des filles depuis 20 ans maintenant. Il y a des différences physiologiques dans l’entrainement d’une équipe de filles. En effet, le physique d’une fille n’est pas celui d’un garçon. Elles ont aussi moins l’esprit de compétition et ont plus de plaisir à jouer entre elles que les garçons. C’est plus compliqué d’entrainer des féminines car l’approche doit être plus subtile, il ne faut pas les brusquer, être à l’écoute et surtout bien connaitre leurs caractères.


Gauthier : Selon vous qu’apporte une équipe féminine de football à un club ?

N.L : Une équipe féminine  apporte une diversité dans la pratique, dans la vie associative d’un club car elles s’investissent plus que les garçons. C’est également important pour la parité homme/femme.

 

« Un effectif en pleine évolution »

 Gauthier : Vous êtes à la genèse de l’entente entre les deux clubs et, après plusieurs  mois de vie, combien comptez vous de licenciées ? Pouvez également nous faire part de l’organisation prévue  pour les entrainements ;

N.L : Nous comptons à ce jour dix huit  licenciées séniors (une dizaine ont prises leurs licences sur Gron et huit l’ont prise à Sens) mais ce chiffre évolue au fil des semaines car nous commençons à être connue.

Quant aux entrainements, le premier a eu lieu le mercredi 7 septembre sur les terrains du FC sens. Actuellement les filles s’entrainent les mercredis et vendredis de 19h30 à 21h, en alternance une semaine sur deux sur les équipements de Gron et de Sens afin de respecter la chartre de partenariat.

 

 

« Une osmose immédiate dans l’équipe »

Gauthier : Y a-t-il eu osmose immédiate entre les anciennes joueuses de Gron et les nouvelles licenciées de Sens ?

N.L : La cohésion du groupe s’est faite  immédiatement. Ce fut très surprenant car souvent les relations entre files sont compliquées. Je n’ai pu percevoir aucuns conflits pendant les entrainements et les matchs. J’avais même l’impression que l’équipe existait depuis longtemps.


Gauthier : L’équipe a déjà fait plusieurs  matchs en critérium qu’elle a gagné, allez-vous vous inscrire en championnat ?

N.L : Cette année nous nous sommes pris trop tard pour être en championnat à 11 mais nous avons fait une demande après du  district de l’Yonne pour rebasculer en championnat à 8.

 

« Les filles comprennent vite, mais veulent toujours savoir pourquoi »

Gauthier : A l’issus des résultats de l’équipe, que pouvez-vous en dire et comment allez-vous orienter vos entrainements ?

N.L : J’ai remarqué qu’en match, que les  filles  avaient un jeu très collectif. Elles sont généreuses et très solidaires. Elles sont plus à l’aise dans le jeu de possession lent car cela demande un effort moins important que le jeu direct. J’ai vu également qu’elles avaient quelques difficultés pour frapper le ballon sur des longues distances avec rapidité et qu’elles avaient des réticences à faire des têtes.  Nous allons donc travailler ces éléments techniques à l’entrainement ainsi que la coordination et les mouvements de passes mais j’ai confiance en leurs progressions car les filles assimilent vite. Elles  sont très appliquées à l’entrainement et veulent toujours comprendre pourquoi je fais mes choix.

Si le district nous autorise à être rebasculé en championnat à 8, il faudra intensifier le travail physique.

 

Gauthier : Quelle est votre ambition pour l’équipe ?

N.L : Je souhaite vivement que l’équipe bascule en championnat à 11 pour avoir une équipe de football féminine sénonaise compétitrice comme il ya 15 ans où les joueuse du FC Sens  jouaient en régional.

Je souhaite également une équipe en critérium  à 8 pour les filles qui aimeraient pratiquer le football  loisir et atteindre environ une trentaine de licenciées au club.

 

« Fédérer les clubs féminins voisins pour créer une équipe du sénonais »

Gauthier : Avez-vous connaissance du projet concernant le FGS à court  et moyen terme ?

N.L : Il est envisagé de créer une équipe de jeunes filles de moins de 13 ans et une équipe de junior pour jouer en critérium à 7. L’objectif à court terme est de créer une alliance avec les autres clubs féminins du sénonais pour passer en championnat à 11 et celui à long terme serait de créer une équipe de football féminin du sénonais.

Gauthier : Merci de m’avoir accordé ce moment, je vous souhaite beaucoup de satisfaction avec votre équipe.

Propos recueillis par Gauthier Marcucci

Commentaires